Padel Magazine - Wywiad Didiera DESCHAMPSA w reżyserii Kristiny CLÉMENT 11 2013 grudzień 2 w Royal Riviera Padel Club w Beausoleil po nieugiętej imprezie z padlem XNUMXh i promiennym słońcu ...

Kristina CLÉMENT (KC) - Kiedy i jak odkryłeś padel? i gdzie?

Didier DESCHAMPS (DD) – Quand ? A marseille, la première année où je suis devenu entraîneur de l’OM, par relation, je ne connaissais pas du tout. J’ai découvert à Cassis avec Jacky (Nota redaktora: Jacky Barnault: prezes klubu Cassis) et Jean-Pierre Bernès. Ils y jouaient un petit peu. Alors je m’y suis mis. Je jouais au tennis, mais quand on joue au padel, on ne peut plus jouer au tennis. Je jouais pas mal au tennis mais maintenant je ne joue plus qu’au padel parce que plus ludique et moins traumatisant.

KC - Jak często grasz?

DD – Ca dépend. Là, j’ai une fréquence qui me permet de jouer un peu plus. A Marseille c’était un peu plus compliqué. Mais je jouais quand même 2 à 3 fois par semaine.

KC – Qu’est ce qui te plaît dans le padel?

DD – Le côté ludique. C’est la lecture des trajectoires, de pouvoir jouer avec les vitres, anticiper les trajectoires. J’étais habitué, quand j’étais jeune, à jouer au trinquet, à la pelote basque. Ca y ressemble beaucoup. C’est beaucoup d’anticipation, des distances assez courtes.

KC - Jakie są twoje mocne strony w Padel?

DD – Les jambes… après en technique, cela peut toujours être mieux, mais je pars du principe qu’aucun point n’est perdu. Même les balles les plus improbables, je pense qu’elles sont toujours jouables.

KC - Czy raczej grasz w prawo czy w lewo na boisku?

DD - Jeszcze więcej, żeby mieć mój forehand na środku.

KC – Qu’est ce qui te semble le plus difficile dans ce sport?

DD – Les smashs en position arrière. Quand tu dois « jumper », parce que d’un ce n’est pas facile de la rabattre et parce que ça pompe de l’énergie, donc j’ai plutôt tendance à les laisser passer plutôt que de les smasher.

KC - A ściany?

DD – Les murs, non…. c’est un plaisir ! Il faudrait qu’il y ait des murs partout d’ailleurs !

KC - Czy kiedykolwiek brałeś udział w profesjonalnych meczach Padel w Hiszpanii? (World Padel Tour).

DD – Non. Jamais. J’ai juste joué avec certains des meilleurs joueurs français qui sont venus à Cassis.

KC - Jak wiecie, padel jest bardzo rozwinięty w Hiszpanii, z około milionami praktyków 4. Czy myślisz, że padel odniesie taki sam sukces pewnego dnia we Francji?

DD – Je pense…c’est encore méconnu, mais oui. Notamment, je voyais à cassis qu’il y a beaucoup de femmes qui jouent aussi car c’est moins violent et c’est ludique. Après, la difficulté c’est qu’il faut trouver 3 partenaires. Au tennis, il t’en suffit d’un car tu vas jouer en simple. C’est un peu plus la difficulté. Après dans les clubs, où il y a beaucoup d’adhérents, cela permet d’avoir plusieurs possibilités de jouer.

KC - Gdybyś musiał zdefiniować padel w kilku słowach?

DD - Zabawne, zabawne, przyjemne.

KC - Question clin d’oeil : tu sais que le padel est un sport d’équipe. Est-ce plus facile de gérer un équipe de 2 ou de 11 ?

DD – sans aucune hésitation … une équipe de 11… et même ce n’est pas 11 mais 23 !

Kristina Clément - Padel Magazine

Franck Binisti

Franck Binisti odkrywa padla w Pyramid Club w 2009 w regionie paryskim. Od tego czasu Padel jest częścią jego życia. Często widuje się go podczas tournée po Francji i relacjonowania wielkich wydarzeń z francuskiego wiosła.